Cette nuit là.

Une respiration soutenue mais profonde. Une chaleur enivrante nous envahit. Les odeurs aphrodisiaques nous enveloppent. Nos mains s’étreignent dans une pulsion animale et nos corps emmêlés se consument dans les convulsions d’un orgasme commun. Elle se laisse aller et se penche vers moi embrassant de ses yeux les miens et de ses lèvres les miennes. Je suis couché mais je vole. Je suis en enfer mais l’enfer c’est son paradis et ses portes s’ouvrent et se ferment pour my enfermer. Les draps fins et trop lourds sculptent  ses seins et creusent sa splendide chute de reins. Couchée à mes côtés sa main me caresse et me rassure. Son souffle me berce et je plonge ma bouche dans son coup que je ne quitterai plus jamais. Comme un animal endémique je ne pourrai plus survivre qu’avec l’air qui l’entoure et qu’elle parfume de son odeur naturelle. J’ai trouvé ma vérité. J’ai trouvé mon chemin. Je me sens sauvé. Je suis fier, je suis immensément heureux.

J’ouvre les yeux pour l’observer et l’embrasser. L’embrasser, l’embrasser encore.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s