Un lundi

Ce lundi s’annonçait comme une chouette journée de congé. Normalement. Visite de ma fille, promenade en cabriolet, boire un verre à la ducasse de Îttre et ensuite Oberbayerne pour tenter de détruire quelque neurones liés aux souvenirs qui me lie à elle.

Finalement si ma fille est passée dix minutes, on ne m’a pas appelé pour Îttre et personne que je connaissais n’était à l’Oberbayerne. Après deux bières de mauvaise qualié je suis retourné à ma voiture et passant devant l’endroit où elle avait vécu. Ensuite devant le petit sentier où nous nous étions embrassé (encore).

Je me suis surpris à poser la main sur le siège passager là où était ses magnifiques jambes. J’ai pris l’air à plein poumons, fermé les yeux et expiré lentement. La douleur passait doucement. Le moteur s’est mis en route, j’ai ouvert la capote et je suis entré chez moi avec Arno qui chantait « Moi je veux nager avec toi. » Hazard cruel.

Je pense encore une fois à la remercier mentalement pour ce que j’ai vécu. à jamais dans mon petit coeur tordu.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s